Partenaires

CNRS
CIRESC

EHESS Université des Antilles et de la Guyane
paris-diderot Univ-Poitiers
Tubman


Accueil du site >

8 janvier 2015 - Journée d’études "La question des réparations au titre de l’esclavage : perspectives internationales"

organisée par le CIRESC, l’University College of London, l’URMIS, le projet STARACO, le LAM et la FMSH

par Nathalie Collain - 16 décembre 2014

Cette journée d’études a pour objectif de faire un bilan sur la question des réparations au titre de l’esclavage atlantique principalement.

PDF - 497.1 ko
Programme Journée Réparations

Il s’agit de replacer l’histoire de l’indemnité versée au titre de l’esclavage dans les contextes européen et américain en relation avec les abolitions de l’esclavage transatlantique qui se situent entre 1833 pour l’Angleterre et 1888 pour le Brésil et en fonction des différentes situations historiques. Si l’Angleterre et la France mettent en place une indemnité selon des modalités différentes, la question n’a pas été envisagée ni dans le cas du Portugal où il n’y a pas eu d’abolition officielle de l’esclavage, ni dans celui du Brésil (où il y a eu abolition officielle mais pas indemnité), ni dans celui de l’Espagne. Il s’agit aussi de voir quelles sont les conditions d’élaboration de ces revendications sur un plan global, comment se construit l’idée d’une "injustice de l’histoire" et comment la mémoire qui se substitue à l’histoire s’est imposée comme cadre de pensée pour les acteurs, entraînant un nombre croissant d’interactions entre dispositifs institutionnels et appropriations individuelles : depuis la fin des années 90, en effet, des organisations interétatiques comme des acteurs collectifs transnationaux se sont saisis de la question de la « mémoire de l’esclavage » et des indemnités au titre de l’esclavage avec des répercussions dans les espaces nationaux et internationaux.

Dans la même rubrique :