Partenaires

CNRS
CIRESC

EHESS Université des Antilles et de la Guyane
paris-diderot Univ-Poitiers
Tubman


Accueil du site >

APPEL A COMMUNICATIONS - Les traites transatlantiques et les systèmes esclavagistes au prisme des artistes contemporains

Bordeaux, 11 et 12 mai 2017

par Nathalie Collain - 27 juin 2016

PDF - 126.9 ko
APP Bordeaux 2016

Depuis 2007, le musée d’Aquitaine organise tous les deux ans un colloque international dans le cadre des commémorations de la journée du 10 mai sur les mémoires des traites, des esclavages et de leurs abolitions. Cette 6ème édition des Rencontres Atlantiques des 11 et 12 mai 2017, organisée en partenariat avec le Centre International de Recherches sur les Esclavages (CIRESC) et l’équipe d’accueil CLARE (Cultures Littératures Arts Représentations Esthétiques) de l’université Bordeaux Montaigne, propose d’analyser le regard que portent les artistes contemporains sur les traites et les esclavages du monde atlantique.

En effet, ce thème a inspiré de nombreux artistes à la fin du XXème siècle et au début du XXIème siècle. Par exemple, les écrivaines Toni Morrison (Beloved, 1982), Maryse Condé (Moi, Tituba sorcière…Noire de Salem, 1988), Fabienne Kanor (Humus, 2006), Véronique Kanor (Combien de solitudes, 2013), Léonora Miano (La saison de l’ombre, 2013 ), les plasticiens Tom Sachs (Barbie Slave Ship, 2013) , Kara Walker (Narratives of a Negress, 2003), Sam Vernon (Sunny day, 2009), les réalisateurs Abdellatif Kechiche (Venus noire, 2010), Steve McQueen (12 years a slave, 2013), Lee Daniels (The Butler, 2013), Roschdy Zem (Chocolat, 2015), Joe Pokaski et Misha Green (Underground, 2016), le dramaturge Dominique Lardenois qui revisite le classique L’Ile des esclaves (2005) ou encore la chorégraphe Chantal Loïal de la compagnie Difé Kako avec On t’appelle Vénus (2012).

Il s’agit de prendre en compte la diversité de ces formes artistiques (fictions, installations, sculptures, dessins, photographies, collages, films, séries mais aussi danse et théâtre) et d’interroger leurs rôles dans la transmission des traites et des esclavages. Comment aujourd’hui ces pratiques artistiques réinvestissent-elles le passé et sous quelles formes ? Quels en sont les enjeux ? Dans quelles mesures peuvent-elles contribuer à la recherche historique ?

C’est cette réflexion que la 6ème édition des Rencontres Atlantiques se propose de mener en regroupant des spécialistes de différentes disciplines (artistes, historiens, esthéticiens, littéraires, philosophes, anthropologues, spécialistes d’études cinématographiques et théâtrales…), travaillant sur différentes aires géographiques (Europe, Afrique, Amérique) et qui questionnent les productions artistiques contemporaines dans leurs relations à l’histoire et à la mémoire des traites et des esclavages.

Le comité scientifique encourage ainsi les propositions de communications qui analysent les pratiques artistiques qui s’emparent des traites et des esclavages du monde atlantique, de leur mémoire et proposent des relectures singulières de l’histoire, des relations entre histoire et fiction, entre histoire et mémoire, entre création et résistance, entre passé et present.

Les résumés (de 300 à 500 mots) en français ou en anglais, accompagnés d’un bref CV (une page maximum) sont à envoyer à l’adresse suivante : rencontresatlantiques2017@gmail.com au plus tard le 15 octobre 2016.


Call for papers

Slave trade and slavery systems through contemporary artists

May 11th and 12th 2017, Bordeaux

“The sixth edition of “Rencontres Atlantiques” organized by the Musée d’Aquitaine, Bordeaux, in partnership with CIRESC (International Center about Slaveries – CNRS) and CLARE (Cultures Literatures Arts Representations and Aesthetic – Bordeaux Montaigne University) will focus on the transatlantic slave trade and slavery system interpreted by contemporary artists.

This theme has inspired artists at the end of the 20th century and at the beginning of the 21st century, such as the writers Toni Morrison (Beloved, 1982), Maryse Condé (Moi, Tituba sorcière… Sorcière noire de Salem, 1988), Fabienne Kanor (Humus, 2006), Véronique Kanor (Combien de solitudes, 2013), Léonora Miano (La saison de l’ombre, 2013 ), the visual artists Tom Sachs (Barbie Slave Ship, 2013) , Kara Walker (Narratives of a Negress, 2003), Sam Vernon (Sunny Day, 2009), the movie makers Abdellatif Kechiche (Black Venus, 2010), Steve McQueen (12 Years a Slave, 2013), Lee Daniels (The Butler, 2013), Roschdy Zem (Chocolat, 2015), Joe Pokaski and Misha Green (Underground, 2016), the playwright Dominique Lardenois who interprets the classic L’Ile des esclaves (2005) or the choregrapher Chantal Loïal from the company Difé Kako with On t’appelle Vénus (2012).

This international symposium will analyze the importance of artists (novelists, poets, visual artists, playwrights, filmmakers, choreographers) on the memory of slavery. How do these artistic practices revisit the past and in what way ? What are the issues ? To which extent can these practices contribute to historical research ?

This colloquium invites specialists from different fields (artists, historians, aestheticiens, literature, philosophers, anthropologists, specialits of film studies and theatre studies) who study different geographical areas (Europe, Africa, America) and who question contemporary artworks in relation to the history and the memory of the transatlantic trade and slavery.

The scientific committee favors papers about artistic practices which propose singular interpretations of history, and which analyze the links between history and fiction, history and memory, creation and resistance, past and present.

The summaries (from 300 to 500 words) in French or in English, with a short resume (up to one page) should be sent to the following address : rencontresatlantiques2017@gmail.com and are due the 15th of October, 2016.