À propos de pierrine malette

Cet auteur n'a pas encore renseigné de détails.
Jusqu'à présent pierrine malette a créé 12 entrées de blog.

Le CIRESC aux RDV de l’Histoire de Blois 2022 !

Le CIRESC aux RDV de l’Histoire 2022

L’équipe du CIRESC est heureuse de participer à la 22e éditions des Rendez-vous de l’Histoire de Blois, qui cette année a pour thématique “la mer”.

Au programme, du vendredi 7 octobre au dimanche 9 octobre 2022, les membres du CIRESC interviendront pour des :

– Dédicaces au salon du livre (Marie-Jeanne Rossignol, Jessica Balguy, Audrey Célestine, Myriam Cottias),
– Tables-rondes (Mathilde Ackermann, Klara Boyer-Rossol, Antonio de Almeida Mendes, Adélaïde Marine-Gougeon, Mylène Mauricrace, Romy Sanchez)
– Carte blanche (Jessica Balguy, Myriam Cottias, Marie-Jeanne Rossignol),
– Marathon des images (Antonio de Almeida Mendes)

Programme des interventions

Vendredi 7 Oct. 2022

“Traite illégale et archéologie maritime”
11h30-13h
Amphi Denis Papin, bâtiment principal de l’INSA

“L’espace maritime (post-)colonial du XVIIIe au XXe siècles. Questionnements sur les contacts et réseaux sociaux (post-)esclavagistes”
14h30-16h
Site Chocolaterie de l’IUT, Salle 214

Samedi 08 Oct. 2022

Dédicaces
Marie-Jeanne Rossignol (Noirs et Blancs contre l’esclavage),
Myriam Cottias et Jessica Balguy (Lexique des réparations)
14h30-16h
Audrey Célestine (Lexique des réparations ; La Fabrique des identités)
16h-17h
Salon du livre, Stand 230, Karthala

“Mémoires coloniales, ‘mémoires enterrées vives’ ?”
16h-17h
Petit amphi, Bâtiment principal, INSA

“La mer, trait d’union entre passé et présent”
18h15-19h45
Université, Site Jaurès, Amphi 2 

Marathon des images
22h-23h
Cinéma les Lobis, Salle 1

Dimanche 09 Oct. 2022

“L’empire portugais. Combien de mondes ?”
14h15 – 15h45
Conseil départemental, salle Kléber-Loustau

  • Date de l’évènement: du 07 octobre au 09 octobre 2022

  • Divers lieux
    41000 BLOIS

  • Tous les détails sont à retrouver sur le site des Rendez-vous de l’Histoire de Blois :
    https://rdv-histoire.com/

Partager sur :

2022-10-06T12:27:58+02:00Catégories : VIE DE L'UNITÉ|

Noirs et Blancs contre l’esclavage. Une alliance antiesclavagiste ambigüe aux Etats-Unis (1754-1830)

Un ouvrage de Marie-Jeanne Rossignol

L’abolition de l’esclavage aux États-Unis a une longue histoire, qui trouve son origine dès la période coloniale avant de connaitre un tournant en 1754, au début de la guerre de Sept Ans. Aux antiesclavagistes blancs s’ajoutent peu à peu les Noirs libérés dans le Nord, lors de la Révolution américaine. Ils plaident ensemble pour une Déclaration d’indépendance accordant une réelle égalité à tous les Américains. Le succès est alors mitigé, avec des abolitions au Nord et une perpétuation de l’esclavage au Sud. Le début du XIXe siècle amorce une autre étape dans le combat antiesclavagiste et le mouvement des droits civiques états-uniens. Dans un contexte d’expansion de la culture du coton au Sud et à l’Ouest des États-Unis entraînant une montée des discriminations raciales, de nouvelles mobilisations voient le jour pour résister à l’esclavage. 

Comment la pensée antiesclavagiste se forme-t-elle, sur quelles bases religieuses, philosophiques et politiques ? Quelles sont ses évolutions entre le XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle ? Quels sont les procédés mis en oeuvre par ses acteurs, Blancs et Noirs, pour combattre le système esclavagiste ? Dans quelle mesure Noirs et Blancs sont-ils de réels alliés ? Ont-ils toujours les mêmes objectifs ? 

En s’appuyant sur de nombreux écrits de figures militantes blanches et noires, cet ouvrage interroge et retrace leurs combats jusqu’à la veille de leur rapprochement historique, vers 1830, tout en faisant écho à des clivages et modes de pensées encore d’actualité au sein de la société états-unienne. Il permet aussi de dévoiler des textes qui constituent de nos jours, en France, un pan méconnu de la littérature d’émancipation. 

Marie-Jeanne Rossignol est professeure à Université Paris Cité. Spécialiste de l’histoire des États-Unis aux XVIIIe et XIXe siècles, elle étudie le processus d’abolition de l’esclavage dans ce pays et a publié en 2017 avec Bertrand Van Ruymbeke la traduction éditée de l’ouvrage majeur de l’antiesclavagiste Anthony Benezet, Une histoire de la Guinée (Paris, Société française d’étude du dix-huitième siècle). 

Retrouvez l’ouvrage sur le site de Karthala.

  • Collection “Esclavages”, coédition avec les éditions Karthala

  • Paru en octobre 2022

  • ISBN : 978-2-8111-2997-2

  • 232 pages, 22 €

Partager sur :

2022-09-30T14:45:57+02:00Catégories : Collection Esclavages|

Hommage à l’historienne Gwendolyn Midlo Hall

Gwendolyn Midlo Hall est décédée à Guanajuato, au Mexique, le 29 août 2022 à l’âge de 93 ans. Elle fut le mentor de nombreuses générations d’historiens de l’esclavage d’Afrique, d’Europe, des Amériques et des Caraïbes. Elle est l’auteure de Slavery and African Ethnicities in the Americas: Restoring the Links (University of North Carolina Press, 2005). Son premier livre, Social Control in Slave Plantation Societies: A Comparison of St. Domingue and Cuba, a été publié par Johns Hopkins University Press en 1971. Cette même année, elle avait rejoint l’Université Rutgers, où elle était professeure d’études latino-américaines et caribéennes. Avant son retour à La Nouvelle-Orléans, sa ville natale, elle a également enseigné à la Michigan State University, après avoir pris sa retraite de Rutgers.

Gwendolyn Midlo Hall est surtout connue pour son livre Africans in Colonial Louisiana: The Development of Afro-Creole culture in the Eighteenth century (1992). Il s’agit de la première œuvre historienne étudiant systématiquement la genèse de la culture afro-créole de Louisiane. Ce livre explore la constitution de la population africaine et sa contribution à l’édification du pays grâce à des savoir-faire pointus, notamment en matière de riziculture. Les phénomènes de résistance y occupent aussi une place considérable, et ce travail donne aux espaces de marronnage un rôle crucial dans l’émergence de la culture afro-créole. Jusque-là, cet aspect de l’histoire de la Louisiane était négligé par l’historiographie américaine à cause, selon G.M. Hall, de la barrière linguistique car l’essentiel de la documentation relative à ce pays est en français, et ce plusieurs décennies après le début de la période américaine en 1803. Dans son livre, l’auteure s’insurge énergiquement contre l’idée largement répandue selon laquelle la culture des États-Unis est une culture anglo-saxonne. On aurait tort de croire, soutient-elle, qu’il existait une culture ou une société toute puissante, implantée par les colons européens, dans laquelle les non-Européens, plus particulièrement les Africains, étaient assimilés (« Creolization was not the process of Africans melting into a European pot »). Gwendolyn Midlo Hall remet aussi en cause, concernant la Louisiane, l’idée selon laquelle les maîtres auraient réussi, ou même cherché à séparer systématiquement les Africains de la même ethnie. Les ethnies africaines et leurs cultures n’étaient pas aussi fragmentées par l’esclavage qu’on le croit. Pour cette raison, elle considérait comme une démarche essentielle le fait d’interroger l’histoire, la société et la culture des ethnies africaines représentées pour comprendre la culture afro-créole de Louisiane. Gwendolyn Midlo Hall a défriché un terrain immense et tracé des voies de recherche ouvrant la porte à de nombreux historiens à travers le monde : cette historienne majeure a contribué à révolutionner les études diasporiques. Entre autres distinctions, elle a été nommée, en 1994, « Humaniste de l’année » par la Louisiana Endowment for the Humanities. Le gouvernement français l’avait aussi honorée avec le titre de Chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres, pour sa contribution exceptionnelle à l’histoire de la Louisiane, une ancienne colonie française.

Gwendolyn Midlo Hall était née le 27 juin 1929 à la Nouvelle-Orléans, en Louisiane. Son père, Herman Lazard Midlo, était un avocat des droits civiques et du travail. Le professeur Hall fut également une grande militante des droits civiques aux États-Unis. Son mari, Harry Haywood Hall, Afro-Américain, était un vétéran de la Grande Guerre puis un combattant dans les rangs des Brigades Internationales lors de la guerre civile espagnole et cofondateur à la fin des années 1950 du Parti communiste américain. Ses écrits, notamment le livre Negro Liberation (1949), tout comme des articles coécrits avec Gwen Midlo Hall dans Soul Book, dans la région de la baie de San Francisco au milieu des années 1960, avaient contribué à inspirer la création du Black Panther Party et d’autres mouvements de défense des Noirs. Cette lutte résolue contre le racisme, l’oppression et l’injustice avaient suscité leur harcèlement par le FBI et leur inscription sur une liste noire, synonyme de licenciements abusifs. Elle fut alors forcée de déménager avec ses deux jeunes enfants au Mexique de 1956 à 1964, période au cours de laquelle elle fit des études finalement couronnées par un doctorat en histoire, à l’Université du Michigan.

À partir de 1984, le professeur Hall a passé seize années laborieuses à examiner plusieurs milliers de documents coloniaux français et espagnols, notamment dans les palais de justice paroissiaux de la Louisiane et dans les archives de France et en Espagne. Plus couramment connue sous le nom de Louisiana Slave Database, sa base de données (Afro-Louisiana History and Genealogy, 1719-1820) a été construite à partir de ces documents originaux. Cette base de données a inspiré l’édification des Allées Gwendolyn Midlo Hall, un mémorial du musée de l’esclavage Whitney Plantation (Wallace, Louisiane), dédié aux milliers de personnes réduites en esclavage en Louisiane et clairement identifiés dans les archives. Ce mémorial est aussi un hommage à son œuvre historienne. Selon son vœu, ses cendres y seront enterrées. Après l’ouragan Katrina et ses ravages, elle avait déménagé à Guanajuato, au Mexique, pour vivre avec son fils, Haywood Hall, et sa famille. L’année dernière, elle a publié ses mémoires intitulés Haunted by Slavery: A Southern White Woman in the Freedom Struggle (2021), un livre où elle raconte une vie pleinement vécue. Gwendolyn Midlo Hall travaillait en ce moment fatidique sur un dernier livre intitulé Slavery, race mixture, and diversity in Louisiana, dont la publication est l’objet d’un accord avec Lousiana States University Press à Bâton Rouge. Il appartiendra à des collègues historiens, qu’elle a elle-même désignés, de terminer cet ouvrage auquel elle a consacré ses toutes dernières forces malgré la maladie.

Ibrahima Seck

Maître de conférence au département d’Histoire de l’Université Cheikh Anta Diop, directeur de recherche du Musée de l’esclavage Whitney Plantation en Louisiane

Partager sur :

2022-09-30T12:49:09+02:00Catégories : VIE SCIENTIFIQUE|

Droit et esclavages. Théorie et pratiques en Afrique et dans les Amériques (XVe-XIXe siècles)

Un ouvrage collectif dirigé par Annie Fitte-Duval

Droit et esclavage n’ont pas toujours été en conflit. L’esclavage, négation des droits humains fondamentaux, a également été un phénomène institutionnalisé dans de nombreuses sociétés par le passé, et comme tel, reconnu et organisé par le droit. Les contributions incluses dans le présent ouvrage collectif analysent différents aspects de ce compagnonnage contre-nature et montrent comment le droit est intervenu pour déterminer et normer le statut des esclaves, comment il a régulé les pratiques de mise en esclavage, de traite ou de sortie de l’esclavage tout comme il a protégé l’ordre public esclavagiste.

L’ouvrage esquisse une géopolitique des esclavages de l’Afrique et des Amériques, du XVe au XIXe siècle, en mettant en perspective dans des espaces traditionnellement séparés la diversité des formes de servitude et leurs conséquences. Quelles  institutions, quelles organisations ont été mises en place dans les pays esclavagistes en fonction des facteurs exogènes ou endogènes aux États ou aux sociétés ? À travers la diversité des conditions serviles étudiées ici se dessine en creux la permanence de faits sociaux et politiques qui résistent aux particularités temporelles et spatiales, et qui repoussent l’esclave dans une altérité quasi définitive entérinée par le droit.

Annie Fitte-Duval est maîtresse de conférences de droit public (HDR) à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, collège Sciences sociales et Humanités. Membre de l’Institut Fédératif des Transitions Juridiques et du Centre international de recherches sur les esclavages et post-esclavages, elle travaille notamment sur  l’administration, les collectivités d’outre-mer et les droits humains fondamentaux. Elle a été membre du Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage entre 2013 et 2016. Elle a participé au projet européen EURESCL, « Les traites, les esclavages, leurs abolitions et leurs héritages dans l’histoire et l’identité de l’Europe » (7 e PCRD) et au programme de l’Agence nationale de la recherche REPAIRS, « Réparations, compensations et indemnités au titre de l’esclavage (Europe-Amériques-Afrique) (XIXe-XXIe siècles) ».

Retrouvez l’ouvrage sur le site de Karthala.

  • Collection “Esclavages”, coédition avec les éditions Karthala

  • Publié sous la direction d’Annie Fitte-Duval

  • Paru en septembre 2022

  • ISBN : 978-2-8111-2962-0

  • 246 pages, 24 €

Partager sur :

2022-09-26T16:01:34+02:00Catégories : Collection Esclavages|

Black Lives Matter : un mouvement transnational ?

Partager sur :

2022-09-26T15:30:25+02:00Catégories : Non classé, REVUE|

« Il est temps de décoloniser nos imaginaires ». Entretien avec Krystel Gualdé, commissaire de l’exposition « L’abîme »

Avec sa dernière exposition intitulée « L’abîme. Nantes dans la traite Atlantique et l’esclavage colonial, 1707 – 1830 », le musée d’histoire de Nantes replonge le visiteur dans une histoire à la fois globale et locale : celle de la traite et de l’esclavage, de leur mise en place de part et d’autre de l’Atlantique, mais aussi l’implication de la ville de Nantes dans ce système.

Grâce aux collections du musée, réinterrogées pour l’occasion, le passé négrier de la ville est remis en perspective à travers un parcours chronologique, ponctué d’une dizaine de salles. De la découverte des Amériques et de la côte ouest africaine à l’établissement du système esclavagiste atlantique, en passant par le développement de Nantes comme port négrier et des Empires coloniaux à la fin du XIXe siècle, jusqu’à la question du racisme de nos jours, le parcours ne questionne pas seulement une part de l’histoire. Il offre aux visiteurs des clés pour décrypter un passé et un contexte aussi spécifiques que complexes, en questionnant leurs enjeux mémoriels.

Avec une approche résolument historienne, les objets présentés sont de véritables sources révélant un quotidien et des imaginaires propres à une époque. Ils tendent ainsi à réhumaniser les populations esclavisées, en leur redonnant une place et une capacité d’action à part entière au sein la société française coloniale.

Allons en apprendre plus au côté de Krystel Gualdé, directrice scientifique du musée d’histoire de Nantes et commissaire scientifique de l’exposition.

Château-des-ducs-de-Bretagne-©-David-Gallard-LVAN

Exposition L’abîme. Nantes dans la traite atlantique et l’esclavage colonial, 1707-1830. Château des ducs de Bretagne © David Gallard – LVAN

Quelle était l’ambition et la démarche lors de l’élaboration de cette exposition ?

La première ambition était de valoriser un certain nombre de nouveaux travaux de recherches sur la traite et l’esclavage coloniale à l’échelle de ce qui s’est fait ces dernières années, dans le monde et sur plusieurs continents.

Le but était de transmettre ces nouvelles connaissances, faire découvrir de nouvelles mises en perspective au grand public, le musée étant une passerelle entre les universitaires et le grand public. Il s’agissait de montrer un monde connecté, global, allant de pair avec les nouvelles recherches actuelles, pour établir des vitrines inattendues et mettre le public face à des collections qu’il n’appréhendait pas sous cet angle-là, pour changer le regard.

L’autre objectif était d’être très pédagogique, pour raconter la complexité d’une époque. Ce système esclavagiste et colonial est difficile à définir en quelques mots, nous sommes devant une histoire imposant de s’interroger. Cela passe par des questions portant sur la manière : comment les choses se sont mises en place ? Qui étaient les acteurs à l’échelle de plusieurs continents ? Qui en ont été les bénéficiaires ?

Il s’agissait aussi de mettre en valeur une histoire méconnue des Français : celle des personnes mises en esclavage ayant vécu sur le sol de France et à Nantes, à travers des extraits de vies de ces personnes.

Un autre but était de tester des dispositifs pour réactualiser le musée permanent d’ici 2023-2024.

Cette exposition a donc été, d’une certaine manière, un laboratoire pour les collections permanentes ?

Oui, c’est vrai, elle nous permet d’observer ce qui fonctionne, ce qui est compris, ce qui surprend, étonne, pour renforcer notre propos sans lasser les visiteurs. Le musée se met à disposition du visiteur, en partant du principe qu’il ne connait pas les mêmes choses que les spécialistes.

Le fait de mettre des panneaux racontant des vies d’esclaves en France est un point étonnant, car nous avons traditionnellement en tête le fait qu’en arrivant sur le sol français, ils deviennent libres. Au contraire, nous découvrons qu’ils·elles sont toujours exploité·e·s ou du moins, toujours considéré·e·s comme esclaves…

À partir de 1716, un édit, dont l’auteur est le maire de Nantes, Gérard Méllier, clarifie les choses pour que les populations esclavisées arrivant des territoires colonisés conservent leur statut servile. Il y a donc une succession de lois se renforçant entre 1716 et 1738, puis en 1776, pour véritablement contrôler cette population et empêcher l’obtention de leur liberté sur le sol de France. La présence de personnes esclavisées en France se compte par milliers. Elles vivront parfois toute leur vie ici, en esclavage, même si d’après les textes, au bout de 3 ans, elles doivent repartir dans les colonies.

C’est la section qui surprend et intéresse le plus les visiteurs, car elle est fondée sur des connaissances juridiques peu répandues.

Exposition L’abîme. Nantes dans la traite atlantique et l’esclavage colonial, 1707-1830. Château des ducs de Bretagne © David Gallard – LVAN

Le peu de procès recensés à cette période sur le sujet étaient-ils intentés par les propriétaires, pour garder leurs esclaves ? Les esclaves avaient-ils conscience de leurs droits et des flous juridiques ?

À la fin du XVIIe siècle, ce sont des personnes mises en esclavage qui intenteront des procès au nom du droit coutumier. Dans ce cas, ce n’est pas vraiment un affranchissement, car ce ne sont pas les maîtres qui affranchissent, mais l’État qui reconnait le statut juridique de la personne comme étant libre. C’est très différent dans les considérations !

Peu de cas ont existé. Un exemple particulier à Nantes est celui d’une jeune femme qui arriva en 1714 avec sa propriétaire, avant d’être mise en pension chez les Bénédictines du Calvaire. Elle voulut intégrer l’ordre, ce qui est en théorie interdit. Les Bénédictines l’acceptent, mais la propriétaire ira devant le tribunal pour la récupérer. Elle perdra car elle n’avait pas des documents prouvant le statut d’esclave de cette jeune fille avant son entrée dans les ordres. Mais c’est un défaut d’écriture qui permet cet affranchissement…

Comment et sur combien de temps l’exposition et son parcours ont été conçus ?

Ce sujet est travaillé ici depuis très longtemps, en lien avec le passé de la ville et avec l’histoire de l’écriture du musée lui-même. Ouvert en 2007, il a été le premier musée d’histoire à aborder ces questions. Avec Bertrand Guillet [directeur du musée d’histoire de Nantes] et Marie-Hélène Jouzeau [conservatrice du patrimoine, directrice du Château de ducs de Bretagne jusqu’en 2008], nous en avons commencé l’écriture dans les années 2000.

À l’origine de l’exposition, il y a aussi le livre, présenté comme étant le catalogue de l’exposition. Le projet initial était de réaliser un livre avec toutes les collections, présentées ou non au public, pour réfléchir à la possibilité de faire une histoire, aussi pleine et entière que possible, dans un musée comme le nôtre possédant des collections univoques et négrières.

L’exposition est une extension et une adaptation du livre, pour rendre visible le récit. Une fois que l’écriture en a été faite et les intentions posées sur le développement didactique de plusieurs dispositifs, l’ensemble de l’équipe pédagogique et multimédias s’est motivée pour faire des propositions, rechercher ce qui se faisait ailleurs, …

Il a fallu dépouiller un peu l’exposition permanente, c’est pour ça que c’est aussi intéressant car lorsque ces objets seront réintégrés dans le parcours permanent, nous ajouterons de nouveaux dispositifs selon la façon dont les visiteurs s’en seront servis. Il y a une valeur d’usage de l’exposition qui nous intéresse ici.

N’est-ce pas un contexte justement un peu circonscrit à Nantes, par rapport à l’échelle nationale où la traite et l’esclavage ne sont pas forcément mis en avant ?

Nantes, avec ce sujet, rayonne en France, peut-être même plus dans le monde qu’en France d’ailleurs. Le travail qui a été réalisé ici a permis de mettre en avant des objets uniques au monde. La ville de Nantes est dont très interpellée sur ces questions, y compris dans ses pratiques par rapport au public, à la jeunesse, à ses actions pédagogiques et à sa programmation artistique autour de ces sujets.

Pour la mise en avant du sujet ici plutôt qu’ailleurs en France, cela vient sans doute des associations mémorielles et d’historien·en·s, très fortes dès les années 1980, ainsi qu’une volonté politique portée par l’ancien maire de Nantes, Jean-Marc Ayrault, qui avait fait de la reconnaissance du passé esclavagiste et négrier de la ville un axe de sa campagne de 1989 aux élections municipales. De l’exposition des Anneaux de la mémoire en 1992 à « L’abîme », cette volonté est inscrite durablement à Nantes.

Tout à l’heure, vous évoquiez les publics visitant l’exposition. Quels étaient justement les publics visés et comment retranscrire cette réalité de l’esclavage, en prenant en compte les enfants ?

Par rapport aux enfants, ce n’est pas tant la nature complexe qui posait problème, mais plutôt la place donnée à la violence. Comment la faire ressortir et protéger les enfants de certaines images, tout en ne leur cachant pas le fait que c’est une histoire particulière et violente en elle-même, à ne pas minimiser ? J’ai donc cherché une forme d’équilibre et beaucoup travaillé au fait que les plus jeunes n’aient pas directement accès aux images les plus dures, notamment celles des tortures.

Dans cette optique, l’un des grands principes de l’exposition est de mettre à distance les collections. Elles font ressortir une vision coloniale et racialiste de l’Autre, marquée par la domination et d’exclusion.

Elles sont montrées dans cette perspective pour révéler au visiteur que ces images et objets avaient déjà une intention. Si l’image présentée n’est pas violente, c’est que l’intention, au moment de sa création, est de montrer que tout se passe bien : or, ce n’est pas le cas. Le cartel explicite ces aspects et invite les visiteurs à comprendre tout ce dont les images ne témoignent pas. C’est n’est pas parce que c’est une image du XVIIIe siècle qu’elle raconte la vérité du XVIIIe siècle !

C’est en effet ce que j’ai constaté en visitant. Il y a une grande place donnée à la remise en contexte de ces images et de ces objets, à l’imaginaire qu’ils révélaient de l’époque même, des fantasmes sur les Amériques sur l’Afrique, sur le travail des esclaves, afin de faire comprendre ce que les individus voyaient à l’époque.

Absolument. C’est d’ailleurs le principe des « Expression(s) décoloniale(s) », que nous organisons tous les deux ans avec des historiens et des artistes africains : proposer aux visiteurs de prendre conscience qu’il est temps de décoloniser nos imaginaires. Par notre environnement, par ce que nous voyons tous les jours, nous intégrons dans nos imaginaires des représentations, des conceptions que nous n’interrogeons pas. Le visiteur est interpellé et devenir acteur de sa pensée est passionnant.

Cela aide à avoir des clés de compréhension pour décrypter ce qu’on lit et voit, au même titre que l’analyse multimédia des tableaux des époux Deurbroucq peints avec leurs esclaves, présentés dans l’exposition avec un dispositif de projections et des explications orales.

L’idée était de faire prendre conscience que ces tableaux montrent en réalité 4 portraits, 4 individus nantais pleins et entiers, dont le statut juridique est différent. Et cela change la manière de regarder une peinture, dans toute sa complexité. Les petites biographies tentent aussi de montrer les relations parfois extrêmement dures et plus complexes entre des individus faisant société. Cela revient au travail actuellement effectué par les historien·ne·s : rendre histoire et mémoire à celles et ceux qui ont été exclu·e·s de l’humanité.

Exposition L’abîme. Nantes dans la traite atlantique et l’esclavage colonial, 1707-1830. Château des ducs de Bretagne © David Gallard – LVAN

L’exposition est marquée par une vraie démarche historienne…

C’est vrai, et les visiteurs apprécient cela. On s’est rendu compte qu’ils lisaient tous les cartels, qu’ils accrochent à cette histoire car l’exposition ne les confortent pas uniquement dans leurs savoirs : on leur en dit plus et autrement. C’est cet ensemble qui fait qu’ils restent jusqu’à la fin de l’exposition. Le sujet semble particulièrement les interpeler aujourd’hui.

L’enjeu serait peut-être de mettre plus en avant le sujet auprès du grand public ?

Je pense que beaucoup de musées dans le monde et en France s’attachent à faire ce travail, comme le font la Fondation pour la mémoire de l’esclavage, le CIRESC, ou des laboratoires de recherches. C’est un lieu de visibilité à l’échelle nationale qui serait peut-être à créer.

Les visiteurs se posent, prennent le temps pour lire. Qui a rédigé les cartels, défini le texte et travaillé sur les cartes interactives présentes tout au long de l’exposition ?

Je suis l’auteure de tout ce qui est écrit dans l’exposition, qui est directement issu du catalogue. Pour les cartes interactives, j’ai travaillé avec une documentaliste, Gaëlle David, qui m’a apporté des éléments didactiques et visuels pour que je puisse choisir les cartes qui allaient servir de support au récit dont j’avais écrit la trame.

Exposition L’abîme. Nantes dans la traite atlantique et l’esclavage colonial, 1707-1830. Château des ducs de Bretagne © David Gallard – LVAN

À quels enjeux mémoriels l’exposition, comme le musée en général, doivent répondre et faire face ?

Les enjeux mémoriels nous font réviser, parfois renverser, notre conception et notre écriture historique. Ils sont de divers ordres.

Par exemple, pourquoi renverser les collections ? Dans la salle consacrée au quotidien des personnes mises en esclavage dans les colonies, nous sommes devant des objets montrant une vision européenne.

Pour le marronnage, dont il est question dans une des salles, nous n’avons aucun texte montrant le courage, la détermination et la résistance des personnes maronnes. C’est cela, « renverser les collections » : c’est-à-dire, pour ce cas, rendre héroïque une résistance réelle, plus importante qu’on ne pense, en parlant des communautés marronnes et de leur place. Nos collections montrent la vision négative, depuis l’Europe, de cette résistance, rendant nécessaire ce rappel. C’est un enjeu mémoriel, et pas uniquement un enjeu d’histoire, que de parler de ces résistances puisque cela change la perception que l’on a de ces actions, de cette histoire et de ses acteurs, comme des grandes figures de l’abolition.

Changer le vocabulaire est aussi un enjeu mémoriel. Dans toute l’exposition, il est question « d’homme, femmes et enfants », de façon à réhumaniser les individus qui sont un peu perdus derrière le terme générique d’« esclave ».

Jeter une passerelle entre le passé et le présent est important, car notre vision de l’Afrique et des Africains est connotée par cette histoire, qu’on le veuille ou non. Le travail des historien·ne·s est justement de faire en sorte que cette connotation disparaisse, pour remettre derrière cette connotation de la finesse, de la compréhension.

Aujourd’hui, en 2021-2022, en quoi cela fait sens de proposer au public une exposition sur Nantes, la traite et l’esclavage colonial ?

Je crois que cela ferait sens n’importe quand. Cela faisait déjà sens il y a 10 ans, peut-être encore dans 10 ans si, malheureusement, rien n’a changé. Le propos de l’exposition est de révéler en quoi nous faisons tous communauté. Il est fondamental d’aborder ces questions frontalement, mais aussi sereinement, grâce aux travaux des historien·ne·s, des chercheur·e·s. Nous proposons au public de reprendre le contrôle sur ces représentations qui n’ont pas complétement disparues, et qui ont créé des formes d’héritages.

Le tout, sans nier non plus les héritages plus dramatiques, comme les persistances du racisme dans le monde. Tous les ans sont publiés des rapports dans des ONG montrant que le regard porté sur les autres peut être xénophobe, méprisant. La crise de 2020 autour du décès de Georges Floyd aux États-Unis a été un moment qui a cristallisé aux yeux de tous qu’on n’en était pas complètement sorti.

C’est justement tout l’enjeu des sciences humaines et sociales : pouvoir sensibiliser le grand public, toucher les personnes ne connaissant pas forcément ou ne se sentant pas légitime à aborder le sujet, pour tenter de changer les consciences.

L’avantage est ce que ce sujet est un fil rouge du parcours permanent. Toutes les personnes qui entrent dans le musée permanent, dans le château de ducs de Bretagne, pour découvrir l’histoire de Nantes traversent cette histoire, sans le savoir dès le départ. Pour beaucoup de visiteurs, c’est une découverte. C’est aussi pour cela que c’est intéressant de réinvestir le parcours permanent en 2023-2024 avec les bénéfices de l’exposition, en jouant un rôle « d’éveilleurs de conscience ».

À la sortie de l’exposition, comment peut-on aller plus loin ? Est-ce que des éléments multimédias l’accompagnent et la complètent ?

On a créé plusieurs dispositifs et des outils en ligne, notamment des podcasts sur le site du Mémorial, qui ont été réalisés spécialement par et pour le musée d’histoire de Nantes.

Un est sur la Marie-Sépharique, pour faire comprendre en quoi consistait une campagne de traite. Un autre, en collaboration avec Slate.fr, portait sur les mémoires.

Très récemment, une visite virtuelle de l’exposition a été faite. Les spectateurs peuvent visiter toute l’exposition, tout lire, avec des explications supplémentaires sur des objets, des thématiques. Ils peuvent aussi accéder aux cartes en ligne.

Autour de cette exposition, on a aussi développé 3 visites qui se suivent et se complètent. Certaines, accessibles aux scolaires, permettent d’aller de l’exposition au Mémorial, avec entre les deux une visite de la ville.

Il y a également des publications, comme le catalogue mais aussi une BD. Et puis nous avons un grand corner dans notre librairie-boutique, où les visiteurs peuvent accéder à des travaux d’historien·ne·s et de chercheur·e·s venant des quatre continents.

Après « L’abîme », le musée a-t-il d’autres projets en préparation ?  Il y a donc celui du musée permanent dont il a été question, mais y a-t-il d’autres expositions qui sont en projet ?

Oui, en 2023, une nouvelle édition d’« Expression(s) décoloniale(s) » va s’ouvrir dans le musée permanent, pendant 6 mois, et ce sera sans doute avec un artiste et un historien camerounais. En collaboration, ils réécriront les cartels, qu’ils signent et qui seront présentés à la place ou à côté des nôtres, en offrant à l’artiste d’intégrer le parcours permanent avec ses propres œuvres.

Entretien réalisé par Pierrine Malette,

éditrice au CIRESC  (Centre international de recherches sur les esclavages et post-esclavages)

Partager sur :

2022-06-09T17:46:37+02:00Catégories : VIE SCIENTIFIQUE|

Rencontre en librairie – 10 mai 2022

Rencontre en librairie autour de la collection “Esclavages” (CIRESC/Karthala)

À l’occasion de la Journée nationale de commémoration des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leur abolition, notre co-éditeur Karthala organisait dans sa librairie parisienne une rencontre avec Céline Flory (CNRS/CIRESC) et deux de nos auteur·e·s (Jessica Balguy, EHESS/CIRESC, et Malick Ghachem, MIT) pour discuter de la révolution haïtienne, de ses origines et de ses influences sur les abolitions.

Une discussion animée par Gabrielle Lorne à retrouver en vidéo !

Tous les ouvrages de la collection sont disponibles en ligne

Partager sur :

2022-05-20T12:25:49+02:00Catégories : VIE DE L'UNITÉ|

Journée doctorale 2022 du CIRESC

The power of Black

Après deux ans d’interruption, les doctorant.e.s du CIRESC (Centre international de recherche sur les esclavages et les post-esclavages) vous accueilleront sur le Campus Condorcet, jeudi 14 avril 2022, pour leur Journée Doctorale 2022.

Cette journée offrira l’occasion aux doctorant.e.s membres du CIRESC de présenter leurs recherches en cours. Il s’agira également d’un moment de partage, d’échange et de rencontre entre titulaires et doctorant.e.s après de longs mois d’activité perturbée par la pandémie de COVID-19.

Informations pratiques :

Jeudi 14 avril 2022, de 10h30 à 18h

Campus Condorcet – Aubervilliers

Bâtiment de recherche Nord, salle 0.007

Métro 12 – Front Populaire (sortie Waldeck-Rochet)

Contact : doctorants.ciresc@gmail.com

Retrouvez le programme complet de la journée ici :

Journée doctorale 2022

Partager sur :

2022-04-05T14:51:20+02:00Catégories : VIE DE L'UNITÉ|

Lettre de l’INSHS – 3 questions à notre éditrice

Trois questions à Nina Koulikoff, Tomasz Doussot et Chloé Beaucamp, sur le métier d’éditeur au CNRS

Dans le cadre de l’ouverture à la Science ouverte des sciences humaines et sociales, Chloé Beaucamp, éditrice de notre revue Esclavages & Post-esclavages / Slaveries & Post-slaveries et des ouvrages co-édités avec Karthala, a été interviewée sur le métier d’éditeur au sein du CNRS avec deux collègues : Nina Koulikoff (éditrice à la Maison des sciences de l’Homme Mondes, CNRS / Université Paris Nanterre / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Tomasz Doussot (éditeur à la Maison des sciences de l’Homme Paris Nord, CNRS / Université Sorbonne Paris Nord / Université Vincennes Saint-Denis).

Cet article est issu du dossier Accompagner l’édition en sciences humaines et sociales vers la Science ouverte, à retrouver dans l’intégralité de la Lettre de l’InSHS n°75 diffusée en janvier 2022, ou directement sur le site du CNRS ici.

Partager sur :

2022-04-05T14:57:11+02:00Catégories : DANS LES MÉDIAS|

Appel à journées d’études – CIRESC

chaîne

Le CIRESC, Centre international de recherche sur les esclavages et les post-esclavages (www.esclavages.cnrs.fr), porte depuis 2006 une réflexion collective sur un fait social historique global, l’esclavage, qui contribue à structurer nos sociétés actuelles. Devenu USR (Unité de Service et de Recherche) en 2017, le CIRESC a pour mission de fédérer, soutenir, diffuser et valoriser les initiatives relevant de ce champ de recherche.

Dans ce cadre, le CIRESC lance un appel à projets de demi-journées ou journées d’étude sur les thématiques relatives à l’esclavage et à la traite, au post-esclavage et aux grands enjeux contemporains liés, directement ou indirectement, à ces questions (citoyenneté, post-colonialisme, discrimination, altérité, migrations, revendications identitaires et mémorielles, réparations).

Cet appel a pour objet de mettre en valeur les recherches récentes sur l’esclavage et le post-esclavage et de contribuer à leur visibilité. Les projets présentés participeront à l’émergence de nouvelles approches scientifiques et privilégieront les regards pluridisciplinaires, comparatifs et faisant le lien entre perspectives historiques et plus contemporaines.

Les projets retenus seront financés par le CIRESC à hauteur de 1 000 euros, après examen par son comité de pilotage. Le CIRESC pourra également faciliter la logistique du séminaire et l’accueil de la manifestation dans ses locaux ou de ses partenaires (EHESS Paris, Université et MSHS de Nice, Université et MSH de Nantes, Université des Antilles en Martinique).

Les projets de 2 pages présenteront le thème proposé, la problématique, les apports scientifiques et perspectives de recherche, et l’intitulé/résumé court (100 mots maximum) des communications le cas échéant. Ils comporteront également un budget prévisionnel. Les demi-journées/journées d’étude se dérouleront entre mai et novembre 2022.

Les réflexions issues de la manifestation scientifique pourront faire l’objet d’une publication dans la revue coordonnée par le CIRESC Esclavages & Post~Esclavages / Slaveries & Post~Slaveries (https://journals.openedition.org/slaveries/)

Les projets doivent parvenir au CIRESC avant le 28 mars 2022, par courrier électronique à : ciresc.comm@cnrs.fr.

Les réponses seront envoyées avant le 11 avril 2022.

Partager sur :

2022-03-04T10:37:25+01:00Catégories : VIE DE L'UNITÉ|
Aller en haut