Appel à propositions : demi-journées ou journées d’études

Le CIRESC lance un appel à projets de demi-journées ou journées d’études sur les thématiques relatives à l’esclavage et à la traite, au post-esclavage et aux grands enjeux contemporains liés, directement ou indirectement, à ces questions (citoyenneté, post-colonialisme, discrimination, altérité, migrations, revendications identitaires et mémorielles, réparations).

Cet appel a pour objet de mettre en valeur les recherches récentes sur l’esclavage et le post-esclavage et de contribuer à leur visibilité. Les projets présentés participeront à l’émergence de nouvelles approches scientifiques et privilégieront les regards pluridisciplinaires, comparatifs et faisant le lien entre perspectives historiques et plus contemporaines.

Les projets retenus seront financés par le CIRESC jusqu’à hauteur de 1 500 euros, après examen par son comité de pilotage.

Le CIRESC pourra également faciliter la logistique du séminaire et l’accueil de la manifestation dans les locaux du CIRESC ou de ses partenaires (site Pouchet, EHESS Paris, université et MSHS de Nice, université et MSH de Nantes, université des Antilles en Martinique).

Les projets de 2 pages présenteront le thème proposé, la problématique, les apports scientifiques et perspectives de recherche, et l’intitulé/résumé court (100 mots maximum) des communications. Ils comporteront également un budget prévisionnel. Les demi-journées / journées d’étude se dérouleront entre avril et novembre 2019.

Les projets de demi-journées ou journées d’étude doivent parvenir au CIRESC avant le 1er mars 2019 par courrier électronique à : ciresc@ehess.fr.

L’appel sur le site de Calenda

Partager sur :

2021-05-16T21:14:34+02:00Catégories : Non classé|

Sakiko Nakao, Prix Jean Favier 2018

Nous sommes heureux d’annoncer que Sakiko Nakao, ancienne doctorante du CIRESC, vient d’obtenir le Prix Jean Favier 2018 (Amis des Archives de France) pour sa thèse

Définir l’« Afrique » entre Panafricanisme et Nationalisme en Afrique de l’Ouest. Analyses à travers les transformations sociales au Sénégal, en Haute-Volta et au Ghana, au temps de la décolonisation (1945-1962) ,

sous la direction de Myriam Cottias.

http://www.saaf-france.fr/saafprix.html

Partager sur :

2021-05-06T23:15:15+02:00Catégories : Non classé|

Slavery, Authorship and Literary Culture

This interdisciplinary and transregional workshop explores slavery, past and present from the perspective of authorship, textuality and literary culture.

Place

Maison française, Columbia University, New York

January 24-26, 2019

Terms of Submission

Please send 100-200 word abstracts for 20 minute papers to madsbaggesgaard@cc.au.dk

no later than September 1, 2018

along with a short biographical note.

Participants will have to cover their own costs for travel and lodging. Lunches and coffee breaks will be provided. For information on recommended accommodation and other practical matters please contact mld2027@columbia.edu.

The seminar is hosted by the Maison française, Columbia University and is organized by the research project Reading Slavery at Aarhus University, Denmark, see readingslavery.au.dk.

Contacts

Mads Anders Baggesgaard
Madeleine Dobie
Karen-Margrethe Simonsen

To find out about the argument :

Partager sur :

2021-05-16T21:17:07+02:00Catégories : Non classé|

Esclavages & Post~esclavages / Slaveries & Post~Slaveries

Équipe éditoriale / Editorial team

Rédactrices en chef / Editors in chief

Myriam COTTIAS (CNRS) & Céline FLORY (CNRS)

Éditrice / Editorial Secretary

Chloé BEAUCAMP (CNRS)

Comité éditorial / Editorial Committee

António de ALMEIDA MENDES (université de Nantes)
Cédric AUDEBERT (CNRS)
Magali BESSONE (université Paris I Panthéon-Sorbonne)
Gaetano CIARCIA (CNRS)
Elisabeth CUNIN (IRD)
Ary GORDIEN (université Paris 8)
Martha JONES (Johns Hopkins University)
Jean-Pierre LE GLAUNEC (université de Sherbrooke)
Beatriz MAMIGONIAN (Universidade Federal de Santa Catarina)
Hebe MATTOS (Universidade Federal de Juiz de Fora)
Jean-Christophe MONFERRAN (CNRS)
Lotte PELCKMANS (University of Copenhagen)
Dominique ROGERS (université des Antilles)
Anna SEIDERER (université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis)
Alessandro STANZIANI (CNRS / EHESS)
Ibrahima THIOUB (université Cheikh Anta Diop de Dakar)

Comité scientifique international / International Committee

Ana Lucia ARAUJO (université d’Howard, EU)
Mads Anders BAGGESGAARD (université d’Aarhus, Danemark)
Gwyn CAMPBELL (Mac Gill University, Montréal, Canada)
Marina CANDIDO (University of Notre-Dame, EU)
Catherine COQUERY-VIDROVITCH (université Paris 7 Denis-Diderot)
Madeleine DOBIE (Columbia University, EU)
Roquinaldo FERREIRA (Brown University, EU)
Alejandro de la FUENTE (Harvard University, EU)
Chouki El HAMED (University of Arizona, EU)
Aline HELG (université de Genève, Suisse)
Paulin J. HOUNTONDJI (université d’Abomey-Calavi, Bénin)
Martin KLEIN (University of Toronto, Canada)
Jane LANDERS (Vanderbilt University, EU)
Paul LOVEJOY (York University, Canada)
Joel QUIRK (université de Witwatersrand, Afrique du Sud)
Benedetta ROSSI (University of Birmingham, Grande-Bretagne)
Dale TOMICH (University of Binghamton, EU)
Michael ZEUSKE (université de Leipzig, Allemagne)

Le CIRESC lance une revue électronique de rang international, soutenue par l’InSHS du CNRS, intitulée Esclavages & Post~esclavages / Slaveries & Post~Slaveries .

Ligne scientifique et éditoriale / Scientific and Editorial line

Soutenue par l’InSHS du CNRS, la création de la revue électronique Esclavages & Post~esclavages est portée par le Centre international de recherches sur les esclavages et les post-esclavages (CIRESC), devenu unité de recherche du CNRS (USR 2002) en janvier 2017.

Cette démarche répond à des besoins scientifiques et à des préoccupations citoyennes majeures : la revue a pour vocation d’apporter un savoir scientifique autour d’une problématique à large portée sociétale. Sa parution est semestrielle.

La revue constitue un espace de publication scientifique sur un sujet qui n’en bénéficiait pas encore dans le paysage des revues académiques francophones. Elle offre une tribune de réflexion ouverte à la question des esclavages dans le monde, de l’Antiquité à nos jours, pour explorer les spécificités des « situations d’esclavages et de post-esclavages », sans pour autant écarter les approches comparatives.

Elle est résolument pluridisciplinaire : de l’histoire à la géographie en passant par la philosophie, l’économie, la sociologie, l’anthropologie, l’art... Le signe « ~ » porté dans le titre interroge les liens entre « esclavages » et « post » sous l’angle de la chronologie, des continuités ou des ruptures entre les systèmes et les représentations.

Elle s’appuie sur un comité éditorial, auquel est adossé un comité scientifique à dimension internationale. La haute qualité des contenus de la revue est garantie par des procédures d’évaluation par les pairs (peer review), en double aveugle.

Elle est multilingue. Des articles inédits en français, mais aussi en anglais, en espagnol et en portugais y sont accueillis, afin de permettre l’ouverture à une audience internationale.

Elle s’adresse à la communauté scientifique mais aussi à un public élargi. C’est un projet éditorial cross-média qui s’appuie sur la complémentarité entre différentes ressources – texte, image, vidéo, audio –, destinées à apporter divers éclairages sur la thématique de chaque numéro.

La philosophie de la revue est celle de la mise à disposition du savoir auprès du plus grand nombre. Les contenus ont vocation à être versés en accès libre sans barrière mobile.

Supported by the Institut des sciences humaines et sociales (InSHS), part of the French National Center for Scientific Research (CNRS), Slaveries and Post~Slaveries/Esclavages & Post~esclavages is a new digital journal coordinated by the International Research Center on Slaveries and Post-Slaveries (CIRESC), which became a CNRS research unit in January 2017.

The creation of the journal responds to the needs of the scholarly community and to important citizen concerns : the journal’s purpose is to bring scholarly knowledge to bear on a wide-reaching societal issue. It is published on a biannual basis.

The journal is a space for scholarly publishing on a subject that is currently lacking one in the landscape of French-language academic journals. It offers a platform for open thinking on the issue of slaveries across the world, from Antiquity to the present day, so as to explore the specificities of ‘situations of slavery and post-slavery’, without however setting aside comparative approaches.

It is resolutely pluridisciplinary, ranging from history to geography, philosophy, economics, sociology, anthropology, art, etc. The ‘~’ sign used in the title questions the links between slavery and its aftermath from the vantage point of chronology as well as that of the (dis)continuities between systems and representations.

The journal has an editorial board, backed by a scientific committee with an international dimension. The high quality of the journal’s content is guaranteed by double-blind peer review.

The journal is multilingual. It welcomes previously unpublished articles in French, English, Spanish and Portuguese in order to reach out to an international audience.

It is aimed at the scholarly community but also at a wide audience. It is a cross-media project that draws upon the complementarity of different resources (texts, images, video and audio), all of which shed light on the theme of each issue in various ways.

The journal’s philosophy is to make knowledge available to as many people as possible. Content will be released in open access and will not be subject to a paywall.

Programme de publication et appel à copie

Numéro 1 :

« Citoyenneté et contre-citoyenneté » / “Citizenship and counter-citizenship”, automne 2019.
Éditeurs scientifiques : António de ALMEIDA MENDES (université de Nantes) & Clément THIBAUD (EHESS) ;

Numéro 2 :

« Pratiquer l’histoire par les arts contemporains » / “Practise of History Through Contemporary Arts”
Éditeurs scientifiques : Anna SEIDERER (université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis), Elisabeth SPETTEL (Stony Brook University) & Elvan ZABUNYAN (université Rennes 2) ;

Numéro 3 :

« Méthodes et meilleures pratiques pour les projets en humanités numériques sur l’histoire de l’esclavage et de la traite négrière » [titre provisoire] / “Best Practices and Methods for Digital Humanities : Projects on the History of Slavery and the Slave Trade” [temporary title] Éditeurs scientifiques : Jane LANDERS (Vanderbilt University), Jean-Pierre LE GLAUNEC (université de Sherbrooke), Henry LOVEJOY (University of Colorado Boulder) & Paul LOVEJOY (York University, Canada).

Recommandations aux auteurs / Notes to contributors

La revue publie des articles thématiques et des varias. Ces articles inédits et originaux sont sélectionnés selon les exigences scientifiques et éditoriales de la revue.

Le CIRESC invite ainsi les auteurs à soumettre leurs textes (dossiers thématiques ou articles varias) à la rédaction : ciresc.redaction@cnrs.fr.

Les recommandations aux auteurs sont disponibles ici en français et en anglais.

The journal welcomes thematic and non-thematic articles. All articles should result from unpublished research and will be selected in accordance with scientific and editorial requirements of the journal.

Authors should submit manuscripts (thematic or varia) through ciresc.redaction@cnrs.fr.

Publication guidelines are available in French and in English.

Partager sur :

2021-05-16T14:47:34+02:00Catégories : Non classé|

Les sémiophores des esclavages et des traites, VIIe rencontres atlantiques

Appel à contributions

Cette VIIe édition des rencontres atlantiques se tiendra dix ans après l’inauguration au musée d’Aquitaine du parcours « Bordeaux, le commerce atlantique et l’esclavage ». Organisée par le Centre international de recherches sur les esclavages (CIRESC) et le musée d’Aquitaine, elle proposera d’étudier les processus et les formes de réécritures et de transmission de l’histoire des esclavages et des traites à partir des gestes engagés autour et à partir des collections muséales et leurs expositions.

Ten years after the opening of the “Bordeaux, the Atlantic trade and slavery” permanent exhibition at the Musée d’Aquitaine, this 7th edition of the Bordeaux Rencontres atlantiques offers to examine the material traces of slaveries and trades in terms of semiophores. Organized by the International Centre for Research on Slavery and Post-Slavery (CIRESC) and the Musée d’Aquitaine, it proposes to study the processes and forms of rewriting and transmission of the history of enslavment and trades based on the gestures involved around and from museum collections and their exhibitions.

Retrouvez l’argumentaire complet sur le site de Calenda.

Modalités de soumission

Les résumés (de 300 à 500 mots) en français ou en anglais, accompagnés d’un bref CV (une page maximum), sont à envoyer

au plus tard le 30 octobre 2018

à l’adresse suivante : rencontresatlantiques2019@gmail.com

Comité organisateur

Christian Block (Musée d’Aquitaine)
Myriam Cottias (CNRS/LC2S/CIRESC)
Céline Flory (CNRS/Mondes Américains/CIRESC)
François Hubert (Musée d’Aquitaine)
Katia Kukawka (Musée d’Aquitaine)
Anna Seiderer (Université Paris 8)

Comité scientifique

Florence Alexis (Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage)
Ana Lucia Araujo (Howard University)
Annette Becker (Université Paris Ouest / IUF)
Emmanuelle Chérel (Ecole des Beaux-arts de Nantes)
Christine Chivallon (CNRS / Passages)
Gaetano Ciarcia (CNRS / IMAF)
John W. Franklin (National Museum of African American History and Culture, Washington)
Krystel Gualdé (musée d’histoire de Nantes)
Didier Houenoude (Université Abomey Calavi)
Jean-François Manicom (Liverpool International Slavery Museum)
Paul Tichmann (Slave Lodge, Cape Town)

Contacts

Katia Kukawka k.kukawka@mairie-bordeaux.fr
Anna Seiderer seiderer.anna@gmail.com

Partager sur :

2021-05-07T23:47:35+02:00Catégories : Non classé|

L’histoire rend la parole aux esclaves, enquête de “Libération”

4 juillet 2018

Puisant dans les archives judiciaires, les historiens livrent désormais un récit plus incarné de l’esclavage. Une histoire « par le bas » qui réévalue leurs révoltes et leurs insurrections, longtemps passées sous silence.

Retrouvez le billet complet de Sonya Faure paru dans “Libération”, nourri de son dialogue avec Catherine Coquery-Vidrovitch et Myriam Cottias.

Partager sur :

2021-05-16T14:46:38+02:00Catégories : Non classé|

Studying American Slavery in Europe

Journée d’étude du CIRESC

organisée par Andy CABOT (doctorant, LARCA, Paris Diderot)
& Marie-Jeanne ROSSIGNOL (professeur d’histoire, LARCA, Paris Diderot)

Mercredi 11 juillet 2018 12 h 30 – 19 h

à l’université Paris Diderot, place Paul Ricœur, 75013 PARIS – bâtiment Olympe de Gouges, salle 115

En rassemblant des chercheurs jeunes et confirmés venant de Suisse, de Martinique, de France et d’Angleterre, ce symposium entend évoquer les pistes actuelles de la recherche sur l’esclavage en Europe aujourd’hui.

Programme

12 h 30 – 14 h Lunch

14 h – 15 h 30 European perspectives on American slave societies

Dominique ROGERS, université des Antilles, « Studying Caribbean Slavery from the French Antilles. An Outermost Region of the European Union : Between Reappropriation and Academic Dialogue »

Tim LOCKLEY, University of Warwick, « “Superhuman” : The West India Regiment and Formation of Racial Ideas »

Mélanie COURNIL, Collège de France, « Slavery and Abolition : Discussing the Scottish Connection »

Lawrence AJE, EMMA, Montpellier-Paul Valéry, « The Dynamics of Slavery and Servitude in the longue durée : the Case of South Carolina »

15 h 30 – 16 h Coffee break

16 h – 18 h European perspectives on the abolition of American slavery

Marie-Jeanne ROSSIGNOL, LARCA, Paris Diderot, « The Anti-Slave Trade Trope in Black Abolitionist Discourse in the United States : Paradoxically Lingering Long After 1808 »

Flavio EICHMANN, University of Bern, « Abolition, Forced Labour and Terror in Guadeloupe, 1794-1798 »

Andy CABOT, LARCA, Paris Diderot, « After Saint-Domingue : The Triumph of the British Abolitionist Model in the Atlantic World »

18 h – 19 h Reception

Organisation et modération : Andy CABOT & Marie-Jeanne ROSSIGNOL

Crédit image : O. Sow, Toussaint Louverture, musée du Nouveau Monde, La Rochelle. Cliché © Mr Julien Chauvet.

Le programme complet en PDF

Partager sur :

2021-05-16T21:17:54+02:00Catégories : Non classé|

Droit international et réparations / International Law And Reparations

Colloque organisé par

Magali BESSONE (professeure de philosophie, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
& Annie FITTE-DUVAL (maîtresse de conférences en droit, université de Pau)

Mardi 26 juin et mercredi 27 juin 2018

À l’EHESS, 105 bd Raspail – 75006 PARIS
Salle 8

Programme

Mardi 26 juin 2018 Première session : « Le temps des réparations »

13 h 30 Accueil

14 h – 14 h 45 Philippe KALFAYAN, juriste et chercheur en droit international public (université Paris II Panthéon-Assas, CRDH) Réparations et temps écoulé

14 h 45 – 15 h 30 Isabelle DELPLA, professeure de philosophie (université Lyon 3 Jean Moulin, IrPhil) Questions de principes : réparations ou retour vers le passé ?

Pause

15 h 45 – 16 h 30 Daniel BUTT, Associate Professor in Political Theory (University of Oxford, Department of Politics and International Relations), Fellow and Tutor in Politics (Balliol College, Oxford) Radical Reparations : Addressing the Enduring Effects of Historical Injustice

16 h 30 – 17 h 30 Discussion Discutantes : Julie SAADA, professeure de philosophie (Sciences Po Paris) / Magali BESSONE, professeure de philosophie (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ISJPS)

Mercredi 27 juin 2018 Deuxième session : « Les réparations entre cas empiriques et réponses symboliques »

9 h – 9 h 45 Mark OSIEL, Professor of Law, Aliber Family Chair (College of Law, University of Iowa) The Relation Between Material and Symbolic Reparations : the case of Israel/Palestine

9 h 45 – 10 h 30 Nicole IMMLER, Associate Professor of History and Cultural Studies (University of Humanistic Studies, Utrecht) The decolonisation-war at court : legal frames and their unintended effects. The Rawagede case

Pause

10 h 45 – 11 h 30 Frédéric MÉGRET, professeur de droit (faculté de droit, université McGill) The Ambiguities of Reparation Claims by States on Behalf of their Nationals : the Herrero, Comfort women, and the Holocaust

11 h 30 – 12 h 15 Sandrine LEFRANC, directrice de recherches en science politique (université Paris Nanterre, Institut des sciences sociales du politique) Faire de la justice une « réparation » : mobilisations autour de la justice transitionnelle

Déjeuner

13 h 45 – 14 h 30 Emmanuel DECAUX (F), professeur émérite et membre du Comité des disparitions forcées (université Paris II Panthéon-Assas) La pratique récente des juridictions internationales et des organes quasi juridictionnels en matière de réparation des violations des droits de l’homme

14 h 30 – 16 h : Discussion Discutantes : Annie FITTE-DUVAL, maîtresse de conférences en droit (université de Pau) / Magali BESSONE, professeure de philosophie (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ISJPS)

Ce colloque est organisé dans le cadre du projet ANR REPAIRS (coordonné par Myriam COTTIAS, directrice de recherches en histoire, CNRS) : « Réparations, compensations et indemnités au titre de l’esclavage (Europe – Amériques – Afrique), XIXe-XXIe siècle »

Ce projet en sciences humaines et sociales (2015-2018) réunit historiens, anthropologues, philosophes, juristes, spécialistes de sciences politiques et géographes. Il poursuit une réflexion sur l’esclavage et ses conséquences en prenant pour objet la question des réparations, qui permet d’étudier, dans une double perspective historique et contemporaine, l’accès aux droits des descendants d’esclaves et l’émergence d’un nouveau régime d’altérité basé sur la revendication de justice sociale. repairs.hypotheses.org

Crédit image : cliché © Reuters Pictures – Giorgio Benvenuti.

Le programme complet au format PDF

Partager sur :

2021-05-16T21:44:21+02:00Catégories : Non classé|

PENSER LA CARAÏBE, PENSER LE MONDE

Lalibèté ka vini ! Les décrets d’abolition de l’esclavage en créole : enjeux d’une traduction

Conférence-débat

avec l’historienne Myriam Cottias, directrice de recherche au CNRS et directrice du CIRESC (Centre international de recherches sur les esclavages et post-esclavages)

et la linguiste Corinne Mencé-Caster, professeur à l’Université Paris-Sorbonne.

29 mai 2018 À 19 h

à l’Institut du Tout-Monde

C’est à la fois un événement éditorial important de cette année qui marque le 170e anniversaire de l’abolition de l’esclavage de 1848, et un geste mémoriel et historiographique majeur : la traduction en créole proposée par Rodolf Étienne des décrets d’abolition du 27 avril 1848 (Lalibèté ka vini ! Éditions Scitep, 2018) restitue toute la charge humaine de ces textes connus, mais qui résonnent enfin dans la langue par laquelle ils furent annoncés à ceux à qui ils s’adressaient. Lire ces décrets historiques en créole, c’est en quelque façon accomplir par le moyen de la traduction, un prodige de remémoration, une sorte de recontextualisation de l’histoire par la langue, celle qui faisait le quotidien des esclaves, en ces jours de promulgation dans les colonies, de la loi de la République. Nous envisagerons les aspects historiques et linguistiques de cette traduction événement, avec l’historienne Myriam Cottias et la linguiste Corinne Mencé-Caster. Des lectures d’extraits de la traduction des textes en créole seront effectuées au cours de la soirée.

Plus d’informations ici

Partager sur :

2021-05-08T22:45:19+02:00Catégories : Non classé|

Le nouvel antiracisme français : vers une politisation explicite de la race ?

Journée d’étude du CIRESC

organisée par Ary GORDIEN

Mercredi 6 juin 2018
à l’École des hautes études en sciences sociales
105, boulevard Raspail – 75007 PARIS
Salle 11

Cette journée d’étude réunit des spécialistes des questions raciales pour réfléchir aux nouvelles mouvances antiracistes de France et à leur impact sur le discours politique et les institutions publiques. Les organisations créées ces quinze dernières années ont en commun une explicitation de la question raciale et un ancrage communautaire qui se fonde sur des identités racialisées, assignées et parfois revendiquées.

Une telle position rompt sciemment et de manière volontiers polémique avec une tradition républicaine universaliste, mettant l’accent sur le lien civique qui unit les membres de la « nation française », transcendant ainsi les différentes allégeances communautaires. Là où l’antiracisme traditionnel cherche à éradiquer le racisme pour parvenir à cet idéal, ce nouvel antiracisme, se qualifiant de « politique », expose les lignes de fractures qui divisent la nation et revendique des identités minoritaires.

Cette rencontre vise à saisir les origines de ces mouvances et les facteurs sociaux qui contribuent à expliquer leur émergence ; elle propose également d’analyser, d’une part, les discours et théories élaborées et mobilisées pour justifier un type d’action politique d’un genre à première vue nouveau et, d’autre part, les politiques publiques qui les contredisent ou qui émergent en réaction.

Programme

9 h 30 Accueil des intervenants

10 h Introduction par Ary GORDIEN, post-doctorant en anthropologie à l’université Paris 8

Première séance : 10 h 30 – 12 h 45 présidée par Myriam COTTIAS, directrice de recherche en histoire au CNRS

10 h 30 – 11 h « L’antiracisme face à l’islamisation du débat public en France » Alec HARGREAVES, professeur émérite d’études françaises à l’université de Floride

11 h – 11 h 30 « Le Triangle et l’Hexagone : réflexions sur une trajectoire transatlantique » Maboula SOUMAHORO, maîtresse de conférences en langues et littératures anglaises et anglophones à l’université de Tours

11 h 30 – 12 h « La dimension “raciale” des différenciations français/immigrés dans les discours politico-institutionnels contemporains » YUMIKO Tahata, docteure en sociologie de l’université de Sophia Antipolis, chercheuse associée à l’URMIS

12 h 00 – 12 h 45 Discussion

13 h – 14 h 15 Pause déjeuner

Seconde séance : 14 h 30 – 16 h 30 présidée par Élisabeth CUNIN, directrice de recherche en anthropologie à l’IRD

14 h 30 – 15 h « Réparations pour l’esclavage africain : une comparaison des mouvements sociaux français et britannique » Nicola FRITH, docteure en études françaises et francophones à l’université d’Edimbourgh

15 h – 15 h 30 « Penser la politisation de la race en contexte français à partir des migrations antillaises contemporaines » Audrey CÉLESTINE, maîtresse de conférences en études américaines à l’université de Lille II

15 h 30 – 16 h « L’antiracisme politique face à la ségrégation raciale » Jérémy ROBINE, maître de conférences en géographie à l’université Paris 8

16 h – 16 h 30 Discussion

17 h 30 Pot de clôture de la journée

Crédit image : Image de la campagne du ministère du Travail en mai 2016 sur la lutte contre les discriminations à l’embauche. © ministère du Travail.

Retrouvez le programme complet de la journée ici :

Partager sur :

2021-05-16T21:45:09+02:00Catégories : Non classé|
Aller en haut