Actualité d’un concept clé des études sur l’esclavage atlantique et ses héritages, en partenariat avec le CIRESC.

L’anniversaire des 30 ans de la publication de L’Atlantique noir est l’occasion de penser à nouveau frais à ce que représente l’Atlantique noir – à la fois l’œuvre de Paul Gilroy et le concept analytique qu’elle a fixé pour la postérité – dans le champ des études francophones en histoire, histoire de l’art, anthropologie et littérature sur l’histoire de l’esclavage, de ses mémoires et de ses héritages.

En 1993, Paul Gilroy publiait The Black Atlantic, marquant ainsi un tournant dans le champ de l’étude des cultures héritées de la traite et de l’esclavage. Cet ouvrage représentait un premier jalon à l’étude de l’Atlantique en tant qu’un espace diasporique traversé par des flux sans centre et d’intenses circulations multidirectionnelles entre l’Afrique, l’Europe et les Amériques. Depuis lors, le paradigme de « l’Atlantique noir » est devenu canonique au point d’être largement repris comme titre pour nombre de publications sur l’esclavage, dans le monde anglophone puis plus tardivement dans le monde francophone.

L’anniversaire des 30 ans de la publication de L’Atlantique noir est l’occasion de penser à nouveau frais à ce que représente « l’Atlantique noir » – à la fois l’œuvre de Paul Gilroy et le concept analytique qu’elle a fixé pour la postérité – dans le champ des études francophones en histoire, histoire de l’art, anthropologie et littérature sur l’histoire de l’esclavage, de ses mémoires et de ses héritages.

Peut-on l’employer comme un cadre épistémologique pertinent pour tout type de recherche sur l’esclavage atlantique ? Doit-on le réserver au champ des cultural studies dans lequel il avait été initialement pensé ? En un mot, quelle est la valeur heuristique du concept aujourd’hui du point de vue tant disciplinaire que thématique, chronologique ou encore géographique ? Ce cadre peut-il être appliqué de manière globale ou son application doit-elle être restreinte à des échelles d’analyse micro (centrées sur la notion de trajectoire ou de biographie) ? Organisé autour de plusieurs axes d’études que le cadre de « l’Atlantique noir » a permis de renouveler en profondeur, l’objectif de ce colloque est de discuter des apports, héritages ou mutations du cadre théorique et spatial de l’Atlantique noir dans l’actualité de la recherche en sciences sociales. ”

Pour consulter le programme, cliquez ici

Image : Woman In Tignon, RINCK, LOUIS NICOLAS ADOLPHE, 1844, Gift of Mr. & Mrs. W. E. Groves, 19th Century Collection; William E. Groves Collection

  • Date de l’événement : 6 et 7 décembre 2023

  • Lieu de l’événement : Musée du Quai Branly – Jacques Chirac / Salle de cinéma / 37 quai Branly et 218 rue de l’université, 75007, Paris

  • Toutes les infos sur le site du Quai Branly 

Partager sur :