Débats dans l’Empire français du XIXe siècle

Un ouvrage de Jessica Balguy

Le 27 avril 1848, alors que la France abolit l’esclavage pour la seconde fois, le gouvernement accorde dans le même temps une indemnité aux colons « dépossédés » de leurs esclaves. Ils reçoivent, par la loi du 30 avril 1849 et son décret d’application du 24 novembre 1849, 126 millions de francs, en versement direct et en rentes.
La France traverse alors une crise économique et cette indemnité représente 7 % des dépenses publiques. Les législateurs prennent pourtant la décision de la verser : c’est la condition que les anciens propriétaires d’esclaves posent à l’Émancipation générale. Tout en abolissant l’esclavage, la France ne veut ni perdre ses possessions ni supprimer l’ordre colonial.
Cet ouvrage reproduit les discussions qui ont conduit à l’élaboration de cette loi. S’y trouvent les plaidoyers des planteurs, les positions de personnalités telles que Cyrille Bissette ou Victor Schoelcher, les échanges au sein de la commission instituée pour en préparer le règlement et les délibérations parlementaires qui ont suivi. Ces textes permettent de saisir les enjeux de cette indemnisation dont les conséquences sont dénoncées aujourd’hui.

Jessica Balguy est doctorante à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) au sein du Centre international de recherches sur les esclavages & les post-esclavages (CIRESC). Elle est membre de l’ANR REPAIRS « Réparations, compensations et indemnités au titre de l’esclavage (Europe-Amériques-Afrique) (XIXe-XXIe siècles) ». Ses travaux portent principalement sur les libres de couleur de la Martinique, bénéficiaires de l’indemnité coloniale de 1849.

Illustration de couverture : « Their Spirits gone before them », Laura Facey. Photo © Damian Griffiths.

Retrouvez l’ouvrage sur le site de Karthala.

Indemniser l'esclavage en 1848 ?
  • Collection “Esclavages Documents” (n° 3), publiée avec les éditions Karthala

  • Paru en octobre 2020

  • ISBN : 978-2-8111-2803-6

  • 320 pages, 20 €