Un ouvrage de Malick W. Ghachem

traduit de l’anglais par Pascale McGarry

La Révolution haïtienne ne représente pas seulement une rupture radicale avec l’esclavage, elle résulte d’une longue élaboration durant toute l’histoire coloniale. Cet ouvrage explore les profondeurs de ce passé colonial fiévreux et montre comment, en pleine révolution, le droit de l’Ancien Régime est invoqué tant par des administrateurs en quête de stabilité que par des gens de couleur libres et par des esclaves exigeant la citoyenneté et la fin des brutalités. De fait, les règles du Code noir pour libérer et châtier les esclaves ont été au centre d’intenses débats sur la menace que le maître (autant que l’esclave) faisait peser sur le maintien de l’ordre. Ce livre, qui a obtenu aux États-Unis des prix de l’American Historical et de la Caribbean Studies Association, offre une analyse novatrice du passage de l’esclavage à la liberté dans ce pays qui allait devenir Haïti.

Malick W. Ghachem est professeur associé au Département d’histoire du Massachusetts Institute of Technology. Juriste et historien, il travaille sur la question de l’esclavage et ses héritages en Haïti, en France, et aux États-Unis.

Retrouvez l’ouvrage sur le site de Karthala

  • Collection “Esclavages”, coédition avec les éditions Karthala

  • Malick Ghachem

  • ISBN : 9782811129507

  • 240 pages, 30 €

Partager sur :