Famille, liberté, secrets et mensonges dans les colonies françaises de l’océan Indien

Un ouvrage de Sue Peabody, traduit et adapté de l’américain par Pierre H. Boulle

C’est une saga politique qui est dessinée dans ce livre, au travers du destin d’une famille tenue en esclavage dans l’océan Indien. Il s’agit de Madeleine, jeune Bengalie esclave, vendue en Inde à une femme célibataire, puis à une famille qu’elle accompagne depuis la France jusqu’à La Réunion. Pour elle et pour ses enfants, surtout pour Furcy, son fils benjamin, la question de l’affranchissement est centrale. Après le décès de sa mère, Furcy se lance dans un combat pour la liberté devant les cours françaises et britanniques qui va durer plusieurs décennies. Cette lutte de toute une famille d’esclaves a permis de redéfinir l’esclavage et la liberté au XIXe siècle. Cet ouvrage d’histoire a obtenu en 2017 le prix Pinkney de la Society for French Historical Studies, en tant que meilleur livre américain en histoire française.

Sue Peabody détient la chaire Meyer en arts libéraux et histoire à l’université d’État du Washington aux États-Unis. Pierre H. Boulle a pris sa retraite du département d’histoire de l’université McGill, au Canada. Ils sont co-auteurs du Droit des Noirs en France au temps de l’esclavage (L’Harmattan, 2014, coll. “Autrement Mêmes”).

Acheter l’ouvrage sur le site de Karthala

Les enfants de Madeleine, couverture