Embedding Slavery in Digital Humanities

Numéro à paraître en novembre 2020

Sous la direction de
Jane LANDERS (Vanderbilt University)
Jean-Pierre LE GLAUNEC (université de Sherbrooke)
Henry LOVEJOY (University of Colorado Boulder)
Paul LOVEJOY (York University, Canada)

Argumentaire

Un nombre croissant de projets en humanités numériques éclairent le champ des études sur l’esclavage tandis que des initiatives récentes se proposent de connecter les données à l’intérieur et entre les silos d’information par le biais des données ouvertes liées. Les chercheurs sont confrontés à des questions concernant les meilleures pratiques et les méthodes à adopter, concernant notamment la propriété intellectuelle, l’utilisation, la gestion, le référencement et l’accessibilité pérenne des données dans un contexte de collaboration croissante entre les projets. Les projets en humanités numériques reposent sur des équipes interdisciplinaires ; ils sont en constante évolution (sur le plan des mises à jour technologiques notamment) et expansion ; ils rassemblent des sources multimédias très variées. Contrairement aux sources imprimées classiques (livres et articles), il n’est pas toujours facile de citer les projets numériques (qui contribue quoi et quand ?) sans parler des problèmes de préservation.

Les responsables du numéro invitent à la réflexion et à la discussion les chercheurs et les équipes à la tête de projets en humanités numériques sur l’histoire de l’esclavage et de la traite négrière. En raison de la nature électronique de la revue, les propositions de contributions peuvent prendre plusieurs formes : articles longs ou courts, rapports d’étapes et textes d’opinion faisant état de sources ou de sites Internet en construction, témoignages et entretiens en baladodiffusion sur les défis inhérents à la coordination de projets numériques et comptes rendus de sites Internet.

Inscrire l'esclavage dans les humanités numériques